Rencontre avec… La Brasserie BAPBAP

Rencontre avec… La Brasserie BAPBAP

BAPBAP – Brassée à Paris, Bue à Paris

BAPBAP-rue-saint-maurC’est un beau jour de juin que nous sommes allés aux portes ouvertes de la brasserie BAPBAP, une nouvelle brasserie Parisienne nichée en plein cœur du 11ème arrondissement.

Au premier abord, mis à part le Kakémono et une affichette, rien ne laisse penser que derrière la façade du 79 rue Saint Maur se trouve une brasserie déployée sur 7 étages dont 1 sous-sol; une brasserie qui n’a rien à envier à d’autres brasseries en activité depuis plusieurs années!

Pour BAPBAP, tout commence dans la tête de deux entrepreneurs amoureux de Paris et surtout amoureux de la bière: Édouard Minart et Archibald Tropres sont les deux porteurs de projet et sont devenus maintenant les deux dirigeants de la brasserie. Le projet démarré fin 2014 a déjà réussi à convaincre de nombreuses personnes: plus de 600 micro-investisseurs font confiances à Édouard et Archibald via la plateforme de financement participatif Ulule (page du projet “Décapsulons Paris”): 55’000€ sont ainsi récoltés alors que la demande de financement initiale ne s’élevait qu’à 30’000€.

La BAPBAP Originale, première du nom. La ShiFuMi est la deuxième bière brassée…

Grâce en partie aux financements des micro-investisseurs et de l’apport financier des deux porteurs de projet, Bruno, le brasseur en chef de la Brasserie nous explique que celle-ci ouvre ses portes début 2015 avec une chambre de brassage manuelle d’une capacité de 20 Hectolitres – des fermenteurs de 40 Hectolitres s’y ajoutant – et a déjà brassé depuis lors plus de 6 brassins (environ l’équivalent de 72 000 bouteilles) de la première bière la BAPBAP Originale. La BAPBAP Originale que nous avons eu l’occasion de goûter lors de la visite – article à lire ici – est la première d’une série qui prochainement comprendra 3 bières dont une éphémère. La ShiFuMi, une bière plus dans les houblons que sa grande sœur, est la première bière éphémère de la série qui vient tout juste de sortir des cuves!

Pour Top Of The Hops, Édouard Minart et Archibald Tropres ont bien voulu répondre à quelques unes de nos questions:

La brasserie BAPBAP – ©BAPBAP

Top Of The Hops: Pourquoi avez-vous voulu créer votre propre brasserie et vous lancer dans ce nouveau projet? Quelle est votre histoire avant de devenir brasseurs ?
Édouard & Archibald: Nous avons voulu créer cette brasserie pour transformer une passion pour la bonne bière en aventure entrepreneuriale et la faire partager autour de nous. Après nos études nous avons travaillé en finance d’entreprise, et avons eu la chance de vivre à l’étranger où nous avons fait notre éducation brassicole. Nous avons aussi souhaité importer et adapter à Paris, ces cultures de la bière que nous avons particulièrement appréciées. Archibald a passé 2 ans en à Francfort où la bière est une institution, traditionnelle et très ancrée localement. J’ai passé 7 ans à Brooklyn où la scène des Craft – bières artisanales – explose depuis plus de 20 ans et chaque ville arbore fièrement sa production locale, et tout ça avec beaucoup d’innovation dans les recettes.

Quelles ont été vos principales motivations de vous installer à Paris alors que déjà quelques brasseries y cohabitent? Pourquoi ne pas l’avoir fait à Bordeaux alors que vous êtes bordelais d’origine ?
Nous avions nos vies personnelles à Paris et c’est une ville que nous adorons. Il y a effectivement de belles brasseries en Ile de France, mais la production locale reste minime comparée à la population de la région. Il y a plus de 60 brasserie à Londres ou 30 à Berlin, et nous sommes les 4ème à le faire à Paris, sans compter les Brewpubs : il y a de la place pour tout le monde !

“C’est aussi ça décapsuler une BAPBAP : Paris n’est pas juste une marque, on peut réellement venir nous voir et découvrir comment nous fabriquons nos bières.”

En ce qui concerne le montage et la réalisation du projet, le secteur de la bière étant très concurrentiel et le contexte économique n’étant pas forcément le plus favorable, comment avez-vous réussit à faire en sorte que vos principaux investisseurs vous fassent confiance ?
Nous avons eu la chance de pouvoir nous lancer avec l’aide des nos amis et familles (et un crowdfunding sur Ulule). Le principale a été que la bière leur plaise et de démontrer qu’il y avait de très belles choses faire sur Paris. Les évolutions des marchés anglo-saxons ont aussi montré que la Craft a de l’avenir, qui plus est à Paris où la gastronomie et les bonnes choses sont appréciées.

Une partie des cuves de brassage...

Une partie des cuves de brassage…

Au sujet des bières estampillées BAPBAP, quelles sont selon vous leur réelle valeur ajoutée par rapport à la concurrence ? Pourquoi aller plutôt décapsuler une BAPBAP qu’une autre bière ?
Nous travaillons avant tout des bières qui nous plaisent, que nous avons envie de boire régulièrement et que nous aurons plaisir à aller promouvoir et partager en toute sincérité. Nos goûts sont assez éclectiques donc nous aurons à cœur de proposer des genres assez variés, en essayant d’y apporter notre touche personnelle. Un des aspects que nous essayons d’associer avec nos bières est celui de la découverte, avec une certaine proximité avec les personnes curieuses d’en savoir plus : on essaye à un humble niveau de passionnés de transmettre ce plaisir des bonnes bières, avec la possibilité de se rencontrer et visiter la brasserie pour en savoir plus. C’est aussi ça décapsuler une BAPBAP : Paris n’est pas juste une marque, on peut réellement venir nous voir et découvrir comment nous fabriquons nos bières.

BAPBAP s’inscrit dans le mouvement “Craft Beer” qui depuis quelques années prend de plus en plus d’ampleur en France. Pensez-vous que les exigences des consommateurs ont réellement évoluées maintenant au détriment des bières “industrielles” ?
L’aventure ne fait que commencer en France (comparée à certains pays). Même si une majorité de consommateurs ne vont pas du jour au lendemain abandonner leur marque industrielle préférée pour une Craft, une part grandissante d’entre eux n’attend qu’un petit conseil, qu’une recommandation pour venir découvrir les bières artisanales. À nous de faire un produit d’excellente qualité et de nous rendre disponible pour que cette envie perdure dans le temps et devienne une habitude durable.

Petit signe de cette évolution qualitative: il-y-a quelques années, ne pas mettre “blonde” ou “brune” pour définir une bière aurait été illisible. Aujourd’hui soit les personnes connaissent ce qu’est une Pale Ale soit ils sont très contents de découvrir le style au delà de la couleur.

Tireuse-BAPBAPPour nos lecteurs qui ne sont pas nécessairement des experts, et pour ceux qui n’aiment pas particulièrement la bière, qu’est-ce qui selon vous pourrait les faire tomber amoureux de la bière artisanale en général? de vos bières ?
La bière artisanale est selon nous quelque choses qui se conseille et se partage avec des gens que l’on apprécie. Nous pensons donc qu’un excellent moyen de tomber amoureux des Crafts et de se rendre dans une bonne cave à bière, un bar chaleureux où directement chez le brasseur et de se faire conseiller quelques bonnes bouteilles coup de cœur, en apprendre plus sur les gens qui les font et sur le type de recette, et de les partager en bonne compagnie. C’est assez basique mais c’est très efficace.
Quand à la BAPBAP, rien de tel qu’une rencontre à la brasserie pour un coup de foudre instantané, c’est le circuit le plus court !

Avez-vous des souvenirs de LA bière qui vous a fait changer votre conception de la bière ?
Édouard: Not quite Pale Ale #9 de chez Magic Hat Brewing Company, une des premières Craft américaine que j’ai bue, sur les conseils de très bons amis.
Archibald : la Heffeweisen de chez Weihenstephaner, un classique indémodable.

De gauche à droite: Édouard, Archibald les deux fondateurs & Bruno, Brassseur ©BAPBAP

De gauche à droite: Édouard et Archibald les deux fondateurs & Bruno, Maître brassseur ©BAPBAP

De quelles brasseries nationales ou internationales tenez-vous votre inspiration brassicole ?
En France : coup de coeur sur Bendorf, vallée du Giffre, Mont Salève, Saint George
A l’étranger : Sierra Nevada (les champions de la Pale Ale), Birra Del Borgo, The Kernell, Camdentown Brewery, Dochter Van Korenaar, To Øl … La liste est très longue !

Quelles sont vos bières favorites en ce moment?
Édouard: la Blanche de Vallée du Giffre, Drink’in The Sun de Mikeller, Queen of Langstross de Bendorf, et la Wheat Ale du brewpub Le Triangle à Paris
Archibald : Table beer de The Kernell, Verdi Imperial Stout de chez Del Ducato, la Re Ale de Birra Del Borgo, la hophophop Amarillo de la Brasserie Corrézienne

Brasserie BAPBAP: 79 rue Saint Maur, 75011 Paris – FRANCE. Tel: +33 1 77 17 52 97

Comments

comments

2 comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *