A la rencontre de… La Barbaude

A la rencontre de… La Barbaude

For our English speaking readers, soon available ! Sorry for the inconvenience.

Lors de notre passage à Nîmes, nous avions eu l’opportunité de découvrir une brasserie artisanale locale La Barbaude qui est située non loin du centre de la ville et de la gare SNCF. Les quelques bières que nous avons goûtés comme la Nim’Ale, la Reine des Mousses ou bien la Maltador nous ont laissé un très bon souvenir. La brasserie La Barbaude est une brasserie familiale, tenue par deux frères amoureux de la bière et du “bon boire et bon manger” qui se sont mis à brasser en 2009. Afin de faire vous faire découvrir cette unique brasserie Nîmoise, nous avons demandé à Bastien Collomp, Fondateur et Maître Brasseur, de répondre à nos questions.

Brasserie La BarbaudeTop Of The Hops: Qu’est-ce qui vous a amené à créer votre propre brasserie ? Quelles ont été vos principales motivations?

Bastien Collomp: Nous sommes des passionnés de bières artisanales. Nous avons brassé en amateurs pendant plusieurs années. L’écho des amis qui dégustaient nos bières était positif. Nous nous sommes donc reconvertis en brasseurs professionnels. La volonté était de lier notre passion et le travail. Cela nous a aussi permis de faire une reconversion professionnelle, qui dans le cadre de notre carrière tombait au bon moment autant pour l’un que pour l’autre.

Ce qui nous plaît dans le brassage est le côté transformation d’une matière première en produit fini. L’idée d’une recette, la mise en pratique de la recette, apporter des corrections, l’ensemble des tests, (en fait ) tout ce qui concerne le travail de recherche nous a toujours passionné. Devenir son propre patron et prendre en charge l’ensemble des responsabilités et des tâches d’une telle entreprise demande des sacrifices, mais ça apporte aussi beaucoup de satisfaction.

Barbaude: s.f., de l’ancien français, la Barbaude désigne la bière, boisson que le Barbaudier – brasseur – fait avec de l’orge et du houblon.

D’un point de vue historique, comment s’est passé le développement de votre brasserie dans une région qui n’est pas spécialement connu pour sa production brassicole? Comment avez-vous réussi à asseoir votre présence sur le marché local et national ?
Pour l’histoire, Nîmes comme le sud de la France a connu une période où les brasseries étaient bien présentes. Pour Nîmes au début du XX ème siècle il y avait 4 brasseries au sein de la ville. La dernière a fermé en 1954. Il était temps qu’une nouvelle brasserie artisanale Nîmoise revoie le jour !
La production brassicole locale avait en effet beaucoup baissé voir complètement disparu, cependant pas la consommation. Nous sommes dans un pays chaud et la bière à toujours été apprécié pour son côté désaltérant. L’intérêt du consommateur pour un produit local, pour un produit de qualité avec une traçabilité facilitée augmente de plus en plus.
Pour le marché local, il faut prendre le temps de se faire connaître. Il faut montrer et démontrer que ses produits sont de qualités et digne d’intérêt. Le travail avec les restaurateurs locaux a été porteur pour notre image. Beaucoup de restaurateurs ont une démarche autour de produits de qualité, de produits artisanaux et de fabrication locale. Nous avons réussi assez facilement à leur démontrer que prendre une bière artisanale était dans leur démarche qualité. Ils ont d’ailleurs tous pu constater que leurs ventes de bière étaient bien plus importantes que quand ils ne disposaient que de produits industriels. Il est aussi nécessaire au début de faire des foires, des marchés, festivals et d’utiliser les médias locaux. Au niveau national, le marché est plus compliqué. Le nombre de brasseries artisanales explose ces dernières années. Nous recherchons plus des revendeurs passionnés et spécialistes, dans de grandes villes.

Le mouvement de la « craft beer » s’inscrit complètement dans le mouvement presque général du « mieux manger-mieux boire ».

Le Logo: les arènes de Nîmes en forme de capsule de bière… à moins que ça ne soit le contraire…

Le Logo: les arènes de Nîmes en forme de capsule de bière… à moins que ça ne soit le contraire…

Qu’est-ce qui à votre avis permettrait de donner un réel coup de fouet, pour vous comme pour les autres brasseries artisanales, au développement de la production artisanale de bières en France?
Ce qui nous semble le plus important pour le développement de la brasserie artisanale française est la mise en place de plate-forme de distribution spécialisée en bière artisanale française. Cela existe déjà pour les bières étrangères et on voit bien qu’elles sont distribuées plus facilement et sur l’ensemble du territoire. A l’heure actuelle, un revendeur doit s’adresser directement aux brasseries. C’est une commande par brasserie. Il ne peut pas panacher (ou très difficilement) une palette avec d’autres références venant de brasseries différentes. Ce qui pour lui engendre principalement deux difficultés : la gestion des stocks (volume et trésorerie) et le coût des livraisons. Un autre point nous semble important, c’est les contrats d’exclusivités signés entre un revendeur (les bars, cafés, brasseries) et les distributeurs de boisson. Ils perdent leur liberté pour choisir les produits qu’ils souhaitent. Ils n’ont pas le choix sur la qualité et on ne reste qu’avec des produits industriels. Très souvent, le matériel de tirage est la propriété du distributeur ce qui leur permet de vendre des produits industriels à un coût très élevé. C’est aussi au consommateur de faire attention à ce qu’on lui propose. Il faut qu’il change d’habitude et il devrait connaître le nom de la bière qu’il lui est servi comme « demi ».

Quelle est votre opinion général sur le mouvement de la “Craft Beer” en France et en Europe? Pensez-vous que les exigences des consommateurs ont réellement évoluées et qu’ils délaissent maintenant les bières industrielles au profit des artisanales?
Le mouvement de la « craft beer » s’inscrit complètement dans le mouvement presque général du « mieux manger-mieux boire ». C’est ce qu’on disait au niveau de l’intérêt du consommateur avant.
Mais aussi le gros avantage de la bière artisanale c’est la diversité des goûts, des textures, des historiques, des personnalités etc… Les bières industrielles ont très souvent des profils similaires manquants de caractères avec une uniformité malheureuse.

Pour nos lecteurs qui ne sont pas nécessairement des experts, qu’est-ce qui selon vous pourrait les faire tomber amoureux de la bière artisanale ?
La qualité générale du produit, la traçabilité, la diversité, la proximité, les qualités nutritionnelles, les accords possibles lors des repas.

Avez-vous des souvenirs de LA bière artisanale qui vous a fait changer votre conception de la bière et qui a influencé votre propre production?
Non il n’y a pas une bière ou LA bière, mais bien une multitude. Peut être plus la découverte des ALE, des styles, des fermentations (haute/basse).

Quelle est votre bière favorite en ce moment? (elle peut être aussi issue de votre production)

  • ​La Maltador, La Frambrunette et la Nîm’Ale de notre brasserie.
  • La Mozaïc black bitter de la brasserie du Mont Salève
  • La Hini Du de la brasserie An Alarc’h
  • Le barley wine de la brasserie du Crépuscule

Mais la liste serait bien trop longue !

Brasserie la Barbaude: 17 Boulevard Sergent Triaire 30000 Nîmes – France. Tél: +33 4 66 05 72 17

Brasserie La Barbaude_frères&bières

La Barbaude, une brasserie familiale fondée par deux frères

Comments

comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *